Warning: call_user_func_array() expects parameter 1 to be a valid callback, class '' not found in /home/romuovhsvm/www/wp-includes/class-wp-hook.php on line 324
Live Report by Le Félin – Depeche Mode – Stade de France 24.06.23 – La vie, l’amour, la mort. | Romu Rocks

Live Report by Le Félin – Depeche Mode – Stade de France 24.06.23 – La vie, l’amour, la mort.

Views: 85

Nous nous baladons tranquillement près de Notre-Dame quelques heures avant le concert, l’accordéoniste à notre gauche entame un nouveau morceau.
Les notes d'” Enjoy the silence ” (!) s’élèvent doucement dans les rues ensoleillées de la capitale.

10 ans après, je retrouve donc le Stade de France (avec la Féline) pour ce nouveau concert de DM très attendu par les fans vu l’effervescence sur les réseaux sociaux.
Nous sommes 70000, la chaleur est presque insoutenable, 34 degrés: c’est le Maracana !

Le groupe démarre doucement avec 2 morceaux extraits de Memento MoriMy Cosmos is Mine ” et ” Wagging Tongue “. Ca bouge dans la fosse mais pas beaucoup en gradins.

Trop chaud ? Le groupe embraye sur ” Walking in my shoes ” et la machine s’élance enfin. Excellente version d’ ” It’s no good ” percutante à souhait. Le batteur est dans le tempo. Gahan en veste argentée (qu’il ne va garder longtemps) virevolte tel un feu follet. On continue période “Ultra” avec un ” Sister of Night ” de bonne facture.

Un petit gimmick reconnaissable immédiatement et le stade s’ébroue sur ” Everything Counts “. On danse, on chante, on reprend en choeur : ” The grabbing hands, grab all they can, everything counts in large amounts “. Gros frissons, le public fait corps avec le groupe, la nuit vient à peine de commencer.

DM souffle le chaud et le froid, avec “ Precious ” puis “ Speak to me ” extrait du dernier album . Gahan laisse alors les commandes à Martin Gore pour 2 morceaux ” Home ” où, alors que les cordes retentissent, il s’élance par bonds sur l’avant-scène comme un albatros ( ses ailes de géant l’empêchent de marcher) et une très belle version piano-voix de ” Soul with me ” qui touche droit au coeur. Je suis mortel et je le sais.

Le groupe puise encore dans le nouvel album avec ” Ghosts Again ” avant une version d’anthologie d’ “ I feel you “. Les riffs saturent l’espace, Gahan exhorte la foule, même les plus timorés se lèvent et se lâchent. Jouissif, inoubliable.

 

A peine remis, le riff de basse d ” A paint that I’m used to ” (version Jacques Lu Cont) vrombit et ne nous lâche plus.
Les photos d’Andrew FLETCHER s’affichent sur les écrans pour un ” World in my eyes ” dédié au disparu. La foule applaudit à tout rompre.


Le groupe déroule, puisant dans son vaste répertoire : ” Wrong “, ” Stripped ” et un ” John The Revelator ” très rock’n’roll . On en redemande. Encore.

 

La première partie du concert s’achève sur ” Enjoy the silence ” où Gahan laisse la foule chanter à sa place. Les sourires échangés par les 4 musiciens en disent plus que tous les longs discours.

 

DM se fait un peu désirer pour les rappels, soit ils reviennent, soit c’est l’émeute.
Gahan et Gore entament alors un ” Waiting for the Night ” en duo piano-voix . Le Stade se tait et écoute. Oh temps suspend ton vol. Les téléphones s’allument et forment une impressionnante constellation d’étoiles. Magique.
Reprise inévitable de ” Just can’t get enough ” qui n’est pas le morceau que je préfère, mais bon, au risque d’en faire hurler certains, en concert ça passe.

Nouveau temps fort avec un ” Never let me down again ” impressionnant. Gahan donne le top départ et les 140 000 mains se lèvent et commencent la fameuse vague qui oscille de droite à gauche. Tous ensemble. Unis.

Le groupe termine sur un imparable ” Personal Jesus “. Enfin, pas tout à fait, puisqu’à la demande d’une fan, Gahan entame un “ Happy Birthday … Paris ! ” avant de quitter la scène sous les acclamations.

Memento Mori.

 

Setlist:

Speak to Me (Outro)
My Cosmos Is Mine
Wagging Tongue
Walking in My Shoes
It’s No Good
Sister of Night
In Your Room
Everything Counts
Precious
My Favourite Stranger
Home
Soul With Me
Ghosts Again
I Feel You
World in My Eyes
Wrong
Stripped
John the Revelator
Enjoy the Silence

Rappel

Waiting for the Night
Just Can’t Get Enough
Never Let Me Down Again
Personal Jesus

You're Gonna Need Someone On Your Side