Live Report by Tuco – Rodolphe Burger – Paris Olympia – 13 décembre 2021

Vues : 55

 

La dernière fois que nous avons foulé ensemble la scène de l’Olympia c’était il y a 25 ans dit Rodolphe Burger en accueillant, pour notre plus grand plaisir, Philippe Poirier, compagnon fondateur de Kat Onoma, sur scène pour ce concert du 13 décembre 2021. Et oui… c’était en 1996. C’est aux alentours de cette période que, du côté de Pigalle, je vis pour la dernière fois sur scène, et pour un concert mémorable, ce groupe au son et à la voix reconnaissables entre mille.

Cette identité sonore est toujours bien présente chez Rodolphe Burger, bonifiée au gré des collaborations artistiques dont il nous gratifie depuis près de 20 ans. Après son album Environs (classé parmi mes tops albums 2020), l’année 2021 en aura encore été la démonstration avec la sortie de l’album « Glück Auf » coréalisé avec le chanteur Breton Erik Marchand.
Erik Marchand arrivera sur scène pour interpréter en duo « C’est sur la vallée », un de mes titres préférés de l’album « Glück Auf » et aussi le splendide « Kasanova », le tout accompagné notamment de la violoniste Pauline Willerval et sa gadoulka (instrument à cordes frottées bulgare).
Les rejoignent aussi sur scène Sofiane Saidi au chant et clavier et Medhi Haddab et ses solos de oud endiablés, ses compagnons du trio Mademoiselle. « 1.2.3. Viva l’Algérie ».
Après « Bleu Bac » et son poulpe polyglotte glouton, je me laisse porter par le chamanique « Le chant des pistes ». Bertrand Belin monte alors sur scène pour co interpréter, comme sur l’album Environs, « Les danses anglaises ».
Sur « John and Mary », Sarah Murcia et son violoncelle font merveille, comme sur l’ensemble du show.
A la fin du spectacle, tous les invités remontent sur scène pour une superbe reprise du mythique « Eisbär ». Un vrai feu d’artifice blues rock new wave celto germano oriental !
Au bout de 2h30 de concert, Rodolphe Burger revient pour un rappel avec Philippe Poirier et Bertrand Belin afin de nous jouer le magnifique titre de Kat Onoma « La chambre ».
Rodolphe Burger fera remonter toute la troupe sur scène pour un dernier salut au public  qui semblait être prêt à prolonger jusqu’au bout de la nuit.
You're Gonna Need Someone On Your Side