News Littéraires – The Smiths – The Queen Is Dead – Sébastien Bismuth et Nicolas Foucault

Vues : 70

The Smiths The Queen is Dead” est un essai de Sébastien Bismuth et Nicolas Foucault de la collection Discogonie.

Le livre, publié le 2 avril, est consacré au troisième album studio du groupe The Smiths.

Le disque sorti le 16 juin 1986 chez Rough Trade Records fut unanimement acclamé par la critique.

Classique instantané, imperméable à l’air du temps et aux sons synthétiques de l’époque, il est l’oeuvre d’un groupe ambitieux alors en état de grâce.

Johnny Marr, déjà brillant et inspiré sur les opus précédents, élargit sa palette jangle-pop alors que Morrissey y écrit ses textes les plus fondamentaux.

Fort d’une carrière prolifique et d’une réputation flatteuse, c’est un groupe animé d’une confiance et d’une ambition énorme qui entre en studio à l’automne 1985. À cette période, l’inspiration de Johnny Marr est telle qu’il écrit chez lui, en un seul après-midi, la musique de “Cemetry Gates“, “I Know It’s Over” et “Frankly Mister Shankly“.

Les éloges qui pleuvent sur son groupe le poussent à vouloir égaler sur ce troisième album les formations anglaises qu’il admire, comme les Who ou les Small Faces. Le quatuor de Manchester bastonne l’Angleterre de Margaret Thatcher en visant la Reine, mais c’est bien la grammaire du rock que le guitariste bouscule quand Morrissey en réinvente le lexique et les codes.

 

Voici une partie du chapitre consacré à “There is a light that never goes out“, l’un des joyaux du chef-d’œuvre des Smiths, paru en 1986.

There Is a Light That Never Goes Out tient une place particulière dans la discographie des Smiths. Ce morceau a pourtant connu une histoire rocambolesque, indigne de son potentiel commercial.

Il ne fut pas retenu comme single au moment de l’album, sauf en France, sous l’impulsion de Virgin, qui le commercialisa à la place de Shoplifters of the World Unite, en janvier 1987. Bien que considéré comme un potentiel single en Angleterre, il se retrouva uniquement sur la compilation Best… II, cinq ans après la séparation du groupe. Une trajectoire sinueuse qu’expliquait Johnny Marr au magazine Uncut en 2008:

«Pendant longtemps, j’ai travaillé sur le principe selon lequel nous devrions toujours avoir une chanson sur chaque album pour laquelle les gens disent: “Cela devrait être un single”. Mais en fait, ça ne l’était pas. Reel Around the Fountain était celui du premier album et There Is a Light That Never Goes Out celui de The Queen Is Dead. Je pensais que c’était le signe d’un très bon album, qu’il y ait un titre que tout le monde veuille en single, mais que les singles soient encore plus forts

The Smiths – The Queen Is Dead de Sébastien Bismuth et Nicolas Foucault est disponible depuis le 2 avril. Pour passer commande, c’est ici.

You're Gonna Need Someone On Your Side