A side / B side – The Clash – Rock The Casbah

Vues : 101

Rock the Casbah est l’une des chansons les plus connues de The Clash.

Sortie le 11 juin 1982 et extraite de l’ album Combat Rock, elle est l’une de leurs rares chansons à avoir atteint le top 10 aux États-Unis, atteignant la 8e position du Billboard Hot 100.

Rock the Casbah constitue l’un des plus grands succès du groupe.

Enregistré au début de la guerre Iran-Irak, “Rock the Casbah” est un hymne joyeux et pacifiste.

Les paroles ont été écrites par le groupe en réaction à l’interdiction prononcée par l’Ayatollah Khomeini, d’écouter du rock en Iran. Dans ce classique du groupe, est aussi évoquée “la musique prohibée” sous le règne du chef religieux iranien. De plus, la chanson relate une révolte imaginaire durant laquelle les habitants bravent l’interdiction en se rendant à un concert des Clash et en “ébranlant la casbah”

 

Le batteur Topper Headon à joué un rôle majeur dans l’écriture de la chanson. Alors qu’il se trouve seul dans les studios, il commence à composer la partie instrumentale en associant différents instruments à une mélodie qu’il a déjà imaginée au piano. Dans le documentaire Westway to the World de Don Letts, il explique que pendant ces séances de répétition, il se met à jouer de la batterie, de la basse et du piano. Il affirme que bien qu’il pensât simplement jouer son morceau pour le groupe, sa performance a été enregistrée à son insu. Finalement, tout ce que les autres membres ont eu à rajouter se trouve être la partie de guitare et le chant.

 

Pour le tournage du clip, Topper Headon est en cure de désintoxication. Dans le documentaire Joe Strummer : The Future Is Unwritten, il admet qu’avoir visionné le clip avec « quelqu’un d’autre à ma place, jouant ma chanson » a été très difficile. Topper Headon était en pleine dépression et addict aux drogues.

Dans le clip, les membres du groupe, déguisés en soldats, jouent dans le désert :

  • Paul Simonon en béret rouge britannique,
  • Terry Chimes en béret vert,
  • Mick Jones en soldat du désert, avec le visage caché.

Petite curiosité, la voix isolée de Joe Strummer sur ce classique des Clash.

 

Now the King told the boogie men
You have to let that raga drop
The oil down the desert way
Has been shakin’ to the top
The Sheik he drove his Cadillac
He went a cruisin’ down the ville
The Muezzin was a standing
On the radiator grille
The Sharif don’t like it
Rockin’ the Casbah
Rockin’ the Casbah
The Sharif don’t like it
Rockin’ the Casbah
Rockin’ the Casbah
By order of the Prophet
We ban that boogie sound
Degenerate the faithful
With that crazy Casbah sound
But the Bedouin they brought out
The electric camel drum
The local guitar picker
Got his guitar picking thumb
As soon as the Sharif had cleared the square
They began to wail
The Sharif don’t like it
Rockin’ the Casbah
Rockin’ the Casbah
The Sharif don’t like it
Rockin’ the Casbah
Rockin’ the Casbah…

 

 Le single a connu plusieurs sorties, toutes avec des pochettes différentes, dans divers formats et accompagnées d’une autre face B telle que Long Time Jerk ou Mustapha Dance, une version instrumentale de la chanson.
You're Gonna Need Someone On Your Side