Poppunkwave story – Big Country

Hits: 30

Big Country est apparu au début des années 1980 avec un son qui a réinventé le traditionnel rock celtique.
Ils ont écrit et enregistré des hymnes. Lorsqu’ils publient en 1990, leur compilation Through A Big Country: Greatest Hits, elle ne comptait pas moins de 16 singles britanniques, après quoi ils se sont engagés dans une nouvelle aventure tournée vers l’Amérique.
Le déclin commercial, la dissolution du groupe, puis le suicide de son chanteur et leader, sont autant d’éléments de l’une des histoires les plus sombres et les moins connues de la scène rock.

Big Country a émergé de la scène punk britannique à la fin des années 1970. Stuart Adamson était le guitariste du groupe The Skids, basé à Dunfermline, l’un des premiers groupes écossais de cette époque à faire des tubes pour les hit-parades nationaux avec des succès tels que “Into The Valley” et “Working For The Yankee Dollar“. Ensuite, Stuart Adamson a créé son propre groupe, Big Country, en tant que chanteur avec le guitariste Bruce Watson et une section rythmique de musiciens londoniens, Tony Butler (basse) et Mark Brzezicki (batterie).

 

Leur premier single Harvest Home ( 1982) annoncera les succès à venir. Le premier album, The Crossing , sorti en 1983, a défini l’approche unique du groupe. À l’époque où la pop britannique était dominée par des groupes de synthpop allant de Depeche Mode à Human League, The Crossing  produit par Steve Lillywhite (également producteur de U2 et de Simple Minds), nage à contre-courant. La guitare avec son timbre aigu était souvent comparée au son de la cornemuse – une comparaison inhabituelle qui soulignait le son distinctif du groupe et ses racines folkloriques celtiques. Abritant les tubes ‘Fields Of Fire (400 Miles)‘, ‘In A Big Country‘ et ‘Chance‘, The Crossing a été certifié disque de platine au Royaume-Uni et a établi le groupe comme nouvelle force motrice d’une scène rock britannique.

 

Le single indépendant, ‘Wonderland‘, a rejoint le Top 10 britannique au début de l’année 1984. Puis, en octobre, le deuxième album du groupe, Steeltown, de nouveau produit par Lillywhite, est entré dans les charts britanniques à  la place de n°1. La chanson titre raconte l’histoire de la diaspora écossaise de 1935, au plus fort de la Grande Dépression, lorsque des travailleurs cherchaient à contrecœur un emploi dans la nouvelle aciérie de Corby, dans le Northamptonshire.  Avec sa pochette de propagande soviétique, l’album reflétait l’opposition qui régnait à l’époque britannique au cours des années Thatcher, lorsque le paysage industriel était ravagé par la fermeture des mines et usines.

 

Bien qu’invité à se produire sur le single de charité du Band Aid intitulé “Do They Know It’s Christmas?’, Big Country a manqué la session (ils ont ajouté un message parlé en face B). De manière plus significative, ils ne se sont pas produits lors du concert télévisé Live Aid de 1985. Cet événement historique a créé une nouvelle aristocratie pop du jour au lendemain. Alors que U2 , Simple Minds et de nombreux autres acteurs bien en vue, se sont glissés dans une nouvelle catégorie de superstar mondiale, Big Country est resté à sa place.

Le troisième album du groupe, The Seer , sorti en 1986, a permis à Big Country d’atteindre son apogée. Stuart Adamson s’est engagé dans un duo avec Kate Bush sur la chanson titre, tandis que «Look Away» est devenu le single le mieux classé de la carrière de Big Country, avec une place de N°7 au Royaume-Uni et N°1 en Irlande. The Seer atteint la deuxième place au Royaume-Uni, derrière l’album True Blue de Madonna.

 

À l’occasion de la sortie de leur album Peace In Our Time ( 1988), la direction de Big Country investit énormément dans une visite promotionnelle en Union soviétique, envoyant à Moscou plus de 250 personnalités pour une série de concerts. Financièrement, ce fut un gouffre. C’était une idée audacieuse et sans précédent qui garantissait une exposition du groupe dans le monde entier.

L’album est produit et enregistré par Peter Wolf en Amérique. Mais la campagne promotionnelle de Peace In Our Time a été catastrophique. Sorti en single, le titre est vendu avec des cartes postales à envoyer à la Maison Blanche et au Kremlin pour exiger une action immédiate en faveur de la paix dans le monde. Le single ne se classera pas au-delà de la 39e place des charts britanniques. L’album fait une brève apparition dans le Top 10 britannique avant de disparaître rapidement de vue. Ironiquement, un peu plus d’un an plus tard, le mur de Berlin n’existe plus… Peut-être que ces cartes postales n’avaient pas été totalement vaines!

Big Country est rentré de son aventure moscovite épuisée, découragée et pratiquement en faillite. Le groupe se sépara officiellement puis se réunira de nouveau quelques semaines plus tard.

 

Le groupe prend un virage musical radical avec son album de 1991, No Place Like Home. Le premier single, “Republican Party Reptile“, est plus axé sur le blues. Le groupe explore le blues le country et folk. Cet album ne rencontre pas son public.

Après avoir abandonné la formule qui a généré les ventes de masse lors de son époque de gloire, Big Country s’est lancé dans une série d’albums à la fois artistiquement gratifiants mais commercialement médiocres, notamment The Buffalo Skinners (1993), Why The Long Face (1995) et Driving To Damascus (1999).  À propos de cette période, Stuart Adamson a déclaré que c’était “la période la plus heureuse de notre carrière”.

 

Mais tout n’est pas aussi simple pour Stuart Adamson. Il s’installe à Nashville en 1996 où il s’associe à l’auteur-compositeur Marcus Hummon pour former un duo appelé Raphaels. Leur premier album, Supernatural, est publié en août 2001.

Big Country se sépare officiellement en octobre 2000.

En tant qu’alcoolique abstinent, Stuart Adamson est resté sobre pendant une décennie. Cependant, à l’âge de 43 ans, il se retrouve sans son groupe, séparé de son épouse et doit passer devant le tribunal pour répondre des accusations de conduite en état d’ébriété. Au plus mal, il se pend dans une chambre d’hôtel à Honolulu le 16 décembre 2001.

Un concert hommage sera organisé à Glasgow en 2002 par ses anciens membres du groupe Big Country et The Skids. Un nouvel album de Big Country, The Journey, est sorti en 2013, écrit et enregistré par un line-up composé notamment de Brzezicki et du chanteur Mike Peters (du groupe The Alarm) et du bassiste Derek Forbes (des Simple Minds).

You're Gonna Need Someone On Your Side