Poppunkwave story # 12 – The Chameleons

Hits: 56

1986, trois étudiants bretons filent en voiture vers le campus. Au volant, J.Jack demande à Tuco de mettre une k7,  face A, dans son auto radio; moi, je suis à l’arrière, bien calé entre les baffles…quand soudain le chanteur crie “Don’t fall! Don’t fall!”  The Chameleons nous accompagne depuis maintenant 32 ans.


The Chameleons se sont été formés à Manchester, en Angleterre, en 1981 sur les cendres de plusieurs groupes locaux: le chanteur – bassiste Mark Burgess a commencé avec The Cliches, les guitaristes Reg Smithies et Dave Fielding avec Years, et le batteur John Lever ( qui a rapidement remplacé le membre fondateur Brian Schofield ) avec the Politicians.

Après avoir effectué plusieurs sessions radiophoniques pour John Peel, le groupe est signé par Epic Records et sort en mars 1982 son premier single, “In Shreds”, produit par Steve Lillywhite . La couverture du single est l’œuvre de Reg Smithies lequel sera le principal concepteur des pochettes du groupe. Malheureusement, le groupe sera abandonné par la maison de disques peu après la sortie de “In Shreds”. Le groupe signe avec Statik Records et publie son premier album studio en 1983, Script of the Bridge.

 

Le premier album Script of the Bridge est exceptionnel avec les singles “Up the Down Escalator”, “As High as You Can Go” et “A Person Isn’t Safe Anywhere These Days” et puis il y a l’excellent “Don’t Fall”. Le disque est un classique de l’époque mais sous estimé par les critiques.

La voix forte de M.Burgess et le son basé sur les guitares tourbillonnantes du groupe permettent aux Chameleons de se faire connaitre et de tourner partout en Europe.

Malheureusement, le statut de leur label Statik en tant que filiale de Virgin va empêcher le groupe de se positionner dans les charts indépendants . De plus, MCA Records sortira l’album aux Etats-Unis amputé de quatre chansons, ce qui irritera le groupe. Néanmoins, la sortie aux États-Unis et une tournée américaine en 1984 leur ont valu un important succès radiophonique et de nombreux fans qui leur seront fidèles.

Leur deuxième album studio,  What Does Anything Mean? Basically parait en 1985 sur Statik. L’album est bien produit et encore mieux accueilli que le précédent. Ici encore, les guitares bouillonnent et l’énergie du groupe inspirera la future vague noisy pop (My Bloody Valentine, Lush… ) et bien plutard Interpol, Editors. Les moments forts sont “Perfume Garden” et “Singing Rule Britannia”.

En 1986, The Chameleons, grâce aux efforts de leur manager, Tony Fletcher, signent un contrat avec Geffen Records et sortent leur troisième album studio, Strange Times. Sombre, moins dense,  il contenait les singles “Tears” et “Swamp Thing”. Malheureusement, le disque ne convaincra pas un nouveau public.  Des tensions naissent dans le groupe, en particulier entre Mark Burgess et Dave Fielding. La mort subite de Tony Fletcher en 1987 , victime d’ un arrêt cardiaque, entrainera la fin du groupe.

Après la dissolution, Mark Burgess et John Lever ont formé The Sun and the Moon. Ils ont sorti un album studio éponyme sur Geffen en 1988. Reg Smithies et Dave Fielding ont formé les Reegs avec l’aide du chanteur Gary Lavery et d’une boîte à rythmes. Plus tard, Mark Burgess sortira  son premier album solo, Zima Junction , en 1993.

Les Chameleons se sont reformés en janvier 2000 pour préparer une série de concerts . En Mai 2000,  ils sortiront Strip,  un album acoustique d’anciens titres. Les concerts seront un succès,  et le groupe enregistre un nouvel album studio, Why Call It Anything? , en 2001. Celui ci sera suivi d’ un autre album acoustique, This Never Ending Now , en 2002 et d’une tournée américaine.

De nouvelles tensions conduiront à la dissolution du groupe au début de 2003.

En 2009, Mark Burgess et John Lever se sont réunis pour jouer le catalogue des Chameleons, sous le nom de ChameleonsVox. Ils ont sorti un EP, M + D = 1 (8) , en novembre 2013

En 2014, John Lever et Dave Fielding se sont retrouvés pour enregistrer un album, Endless Sea, sous le nom de Red-Sided Garter Snakes. L’album, avec des contributions du chanteur James Mudriczki du groupe Puressence, a été publié en juillet 2015

John Lever est décédé le 13 mars 2017, à la suite d’une courte maladie, à l’âge de 55 ans.

Albums studios

  • Script of the Bridge (1983, Statik Records/MCA Records)
  • What Does Anything Mean? Basically (1985, Statik Records) UK No. 60
  • Strange Times (1986, Geffen Records) UK No. 44
  • Strip (2000, Paradiso)
  • Why Call It Anything (2001, Artful Records)
  • This Never Ending Now (2002, Paradiso)

 

ChameleonsVox célèbrent les 35 ans de la sortie de l’album Script of the Bridge à Paris au Supersonic, le 28 mai 2018.

Pour être complet, M.Burgess a déclaré récemment dans une interview, qu’il a écrit environ 25 nouvelles chansons et qu’il envisage d’ailleurs de commencer à enregistrer cet été pour les sortir en début d’année prochaine sous la forme d’un nouveau projet.

 

 

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You're Gonna Need Someone On Your Side